Thilo Muster

 

thilo-155k

Thilo Muster naît en 1965. D'origine allemande, il fait ses études à l'Académie de Musique de la Ville de Bâle/Suisse chez Peter Efler (piano) et Guy Bovet (orgue, diplôme de soliste en 1992).

Avec reconnaissance il pense aussi aux précieux conseils de Jordi Savall, du pianiste Gérard Wyss et du luthiste Marc Loopuyt, avec lequel il découvre la musique traditionnelle arabo-andalouse et le Flamenco.

Bientôt une prédilection pour le riche répertoire organistique du 17e siècle se manifeste, domaine où il apprend également beaucoup des instruments historiques importants qu'il a l'occasion de jouer lors de son activité internationale de concertiste.

Thilo Muster a enregistré un double-CD aux orgues Clicquot (1783) de l'abbatiale de Souvigny/France. De nombreuses productions pour les radios suisses DRS et RSI, la radio estonienne et quelques productions à la télévision complètent son activité d'enregistrement. Pour la maison allemande « IFO Fachverlag für die Orgel (Schott) » il enregistre en 2004 un CD avec les œuvres du Dr. John Bull (1563-1628) aux orgues Quoirin de Mont Saint Aignan qui sortira prochainement.

Thilo Muster participe régulièrement à des festivals et concerts dans toute l'Europe : Toulouse, La Chaise-Dieu, Souvigny, Paris, Gewandhaus zu Leipzig, Lübeck, Stralsund, Ottobeuren, Cathédrales de Dresde, Stuttgart, Genève, Lausanne, Zurich, Berne, Bâle, Luçon, Auxerre, internationale Orgelkonzerte Basel, internationaler Orgelsommer Wenzelskirche Naumburg, internationaler Orgelsommer Stiftskirche Stuttgart, Festival de Magadino, Festival de Deìa/Mallorca, Festival de Tallinn (avec le soutien de la fondation Pro Helvetia), Festival Bach Lausanne, etc.

Thilo Muster est lauréat du Concours Suisse de l'Orgue et du renommé Concours de Genève. En 1994 il est nommé organiste titulaire des grandes orgues de la Cathédrale de Genève. De 1995 à 2003 il est également directeur artistique des Concerts Spirituels Genève. Il quitte volontairement sa fonction d'organiste à St-Pierre à la fin de l'année 2005.

Pierre Segond
(1913-2000)

 

pierre segond

Pierre Segond a été l’organiste de la cathédrale de 1942 à 1994, soit pendant 52 ans. Son prédécesseur Otto Barblan avait occupé cette charge pendant 55 ans. Ainsi, pendant plus d’un siècle l’orgue de Saint-Pierre n’a eu que deux titulaires !

Pierre Segond est né le 8 février 1913 à Genève d’une famille qui compte dans ses rangs le théologien Louis Segond, auteur d’une traduction de la Bible. Il a fait ses études secondaires au Collège de Genève parallèlement à des études musicales complètes. Il a obtenu ses diplômes de piano et d’orgue, puis il a complété sa formation au Conservatoire de Paris dans la classe de Marcel Dupré. Il a obtenu un brillant Premier Prix en 1939. Il était le condisciple de Jehan Alain. C’est en 1942 qu’il a été nommé titulaire des orgues de la cathédrale, à la suite d’un concours. Il avait alors 29 ans. A cette époque, la vie musicale à Genève était fort différente de celle d’aujourd’hui. Des concerts à la cathédrale, il n’y en avait pour ainsi dire jamais. Pierre Segond brûlait d’impatience de se faire entendre. Il a commencé à organiser des concerts tout seul.

Puis, peu à peu une structure s’est mise en place et il a invité les grands organistes d’alors à se produire à Saint Pierre. Souffrant des défectuosités de l’instrument de 1907, il a engagé la Paroisse à acquérir un nouvel orgue. Celui-ci, construit par la Manufacture Metzler, a été inauguré en 1965. C’est à ce moment que sont nés les Concerts de la Cathédrale, dont il a été président pendant plusieurs années.

Il a donné de nombreux concerts en Suisse et à l’étranger. Il jouait volontiers la musique ancienne, peu connue au début de sa carrière, il aimait César Franck, et il faisait découvrir la musique de ses contemporains, de son ami Jean Alain d’abord, mais aussi celle de Jean Langlais, Gaston Litaize ou Olivier Messiaen. Mais son auteur préféré, comme c’est le cas pour beaucoup d’organistes, était Jean-Sébastien Bach. Ses collègues français admiraient particulièrement son interprétation des chorals, qui était empreinte de sensibilité et de spiritualité.

Tous ceux qui ont connu Pierre Segond se souviennent d’un homme charmant, toujours aimable et souriant, plein de vivacité et d’humour. Il n’avait que des amis. Toutes les pensées de ce grand rêveur tournaient autour de la musique.

Il a toujours pris très à cœur sa tâche d’organiste d’église, cherchant à s’intégrer le mieux possible dans le culte. Il choisissait les pièces qu’il allait jouer en fonction des lectures et de la prédication, improvisant souvent pour commenter musicalement ce qu’il avait entendu.

Il est l’auteur de quelques jolies pièces pour le piano et pour l’orgue.

Il fut aussi un pédagogue remarquable. Ayant souffert de l’enseignement très dogmatique qu’il avait subi au Conservatoire de Paris, il avait une attitude souple avec ses élèves. Son étonnante intuition lui faisait sentir ce dont ses élèves étaient musicalement capables. Il les devinait en quelque sorte, pour leur faire donner ce qu’ils avaient de meilleur. Ses élèves venaient d’un peu partout en Suisse romande. Et il faut remarquer que tous les organistes romands d’après sa génération qui ont fait une carrière internationale ont été ses disciples, et il faut remarquer aussi qu’ils sont tous très différents les uns des autres.

La Ville Genève lui a décerné son Prix quadriennal, et vient de créer un Prix Pierre Segond, qui sera offert chaque année à un élève d’orgue du Conservatoire de Musique.

Otto Barblan
(1860-1943)

otto barblan

 

 

Né le 22.3.1860 à Schanf, mort le 19.12.1943 à Genève, protestant, de Ramosch. Fils de Florian, organiste, directeur de choeur et inspecteur scolaire, et de Mengia Pitsch. Marié à Frieda Lanzer. Barblan étudia la composition et l'orgue chez Immanuel Faisst à Stuttgart.

Maître de musique à l'école cantonale de Coire de 1885 à 1887, organiste à la cathédrale Saint-Pierre de Genève dès 1887, professeur de composition et d'orgue au conservatoire de Genève dès 1888, directeur de la Société de chant sacré de 1892 à 1938.

Barblan influença pendant des décennies la vie musicale genevoise, à travers sa prédilection pour la musique de Bach et ses créations d'oeuvres chorales de Händel, Mozart, Beethoven, Brahms et César Franck. Combinant des éléments néo-baroques et le patrimoine mélodique rhéto-romanche avec l'harmonie post-romantique, son oeuvre compte des Festspiele patriotiques, des pièces chorales, des lieder, de la musique de chambre, des morceaux pour orgue et pour piano.

Il fut membre d'honneur de l'Association des musiciens suisses en 1937, citoyen d'honneur du canton de Genève et docteur honoris causa de l'université de Genève.