François Delor est né à Genève dans une famille de musiciens : sa mère, pianiste, a mené une carrière sous le nom de Renée Peter, soit en soliste, soit en duo avec le pianiste Jacques Horneffer ; elle fut professeur de nombreuses années au Conservatoire de musique de Genève. Son père avait été violoniste, avant de se consacrer à la musique chorale, à l'enseignement du chant dans les écoles primaires, et à la critique musicale. Sa soeur, Andrienne Delor, est une cantatrice de talent.

François Delor a fait toutes ses études générales et musicales dans sa ville natale. Détenteur d'une Maturité classique du Collège de Genève, et parallèlement à des cours à l'École des Beaux-Arts, il a étudié l'orgue au Conservatoire dans la classe de Pierre Segond, où il a remporté en 1967 un premier Prix de Virtuosité, après avoir obtenu des certificats de solfège supérieur, d'harmonie, de contrepoint et d'orgue. Entre temps, François Delor était allé se perfectionner à Paris auprès de Marie-Claire Alain ; en 1968, il lui était décerné le 1er Prix au Concours international François Couperin.

En 1966, il a été nommé organiste titulaire du Temple de la Fusterie. En 1993 il est devenu également organiste à la Cathédrale Saint-Pierre, dans la même paroisse, et aussi à la salle de concert du Victoria Hall.

Depuis l'âge de 20 ans, François Delor mène une carrière de concertiste qui l'a conduit dans la plupart des pays d'Europe. Une part importante de son activité est dévolue à l'enseignement. Professeur d'harmonie et d'improvisation de 1967 à 1972 à l'Institut Jaques-Dalcroze, il a enseigné ces mêmes disciplines au Conservatoire supérieur de musique de Genève dès 1972, avant de se consacrer uniquement à sa classe d'orgue. Il est l'auteur d'un ouvrage pédagogique intitulé Notions élémentaires d'harmonie tonale (Éd. Schola Cantorum).

François Delor est également compositeur : citons sa Sonate et ses Six préludes continus pour le piano ; les Six lieder pour soprano et piano sur des poèmes de Rainer Maria Rilke ; pour l'orgue, il a écrit notamment une Sonate (Éd. Schola Cantorum), un recueil de Douze Noëls sur d'anciennes mélodies populaires françaises (Éd. Schola Cantorum) et, plus récemment, une Toccata (Éd. Schola Cantorum). Il a aussi réalisé des transcriptions pour orgue : Choix de Motets et Élévations de François Couperin (Éd. Cantate Domino), Fantaisie en fa mineur D. 940 de Franz Schubert, les Variations Sérieuses de Felix Mendelssohn, une Suite tirée de Didon et Énée de Henri Purcell (à paraître chez Cantate Domino) et l'Ouverture de Tannhäuser de Richard Wagner.

Toujours dans le domaine de la composition pour orgue, une des spécialités de François Delor est le pastiche : oeuvres à la manière de ... J.S. Bach : Prélude et fugue en si bémol majeur, W.A. Mozart : Andante en do majeur, F. Mendelssohn : 7e Sonate, César Franck : 4e choral, etc. Dans le même ordre d'idées, il a écrit un Livre d'orgue contenant des Pièces d'orgue dans le style des anciens maîtres français.

Depuis 22 ans, François Delor organise pour la paroisse de Saint-Pierre-Fusterie des "Heures d'orgue" au temple de la Fusterie afin de mettre en valeur le magnifique instrument de Pascal Quoirin (3 claviers, 35 jeux, style classique français) qu'il a eu la responsabilité de faire reconstruire et qu'il a eu la joie d'inaugurer en 1979. Actuellement, ces "Heures d'orgue" ont lieu en février-mars les samedi à 17 heures.