Motets de J-S. Bach
Messe à double choeur de F. Martin

Ensemble Buissonnier
Dir. Fruzsina Szuromi

Il est des œuvres emblématiques du répertoire choral, et les motets de Bach en font assurément partie. Merveilles de contrepoint, d’inventivité rythmique, expressive, vocale, ces œuvres font appel à un double chœur, huit voix qui s’entrelacent dans toutes les combinaisons possibles.

Bach, on le sait, n’a eu de cesse d’inspirer et stimuler le XIXe et le XXe siècle musical : depuis la « redécouverte » de la Passion selon St-Mathieu par Mendelssohn en 1829, ses oratorios et cantates ont été jouées partout dans le monde, suscitant bon nombre de vocations. Ainsi, en 1902, Otto Barblan, alors organiste de la Cathédrale St-Pierre de Genève et à la tête de plusieurs chœurs, dirige cette même Passion selon St-Mathieu, et dans le public, le jeune Frank Martin, âgé de 12 ans, reçoit un véritable choc, qui détermine sa volonté de devenir compositeur et de travailler ardemment sur l’œuvre du grand Cantor.

Frank, fils du pasteur Charles Martin, reçoit une éducation très protestante. Mais entre 1922 et 1926, cela ne l’empêche pas d’écrire une « Messe à double chœur », qu’il glisse ensuite dans un tiroir pour ne la ressortir qu’en 1960 ! Il dira alors qu’il s’agit d’une « affaire entre Dieu et moi ». Si la forme reprend l’ordinaire de la messe, les couleurs harmoniques modales sont bien de son époque, alors que l’écriture polyphonique fait appel aux références du passé, autant de Bach que de Palestrina du reste.

Zoltan Kodaly, dont on fête cette année les 50 ans de la mort, grandit dans le très catholique empire austro-hongrois, et plusieurs de ses premières œuvres sont du répertoire sacré. L’influence palestrinienne y est évidente, mais la figure de Bach ne le laisse pas non plus indifférent. Par la suite, en compagnie de son ami Bartok, il se plongera dans la musique traditionnelle de son pays, arpentant les campagnes pour enregistrer ces mélodies sur des rouleaux de cire. Le Miserere, écrit à 21 ans en 1903, est une œuvre à double chœur de langage traditionnel, très expressive.

Interpréter les chefs d’œuvres emblématiques du répertoire a capella, c’est le rêve et le défi des ensembles vocaux. Après avoir affronté des pages exigeantes et sublimes, a capella, avec accompagnement de piano ou d’orchestre, après avoir « fait danser les pierres de la Cathédrale de Genève » avec un programme tzigane en 2012, et rendu « féerique et puissant » l’Oratorio de Noël de Bach en 2015, l’Ensemble Vocal Buissonnier est désormais prêt pour se lancer dans cette aventure à double chœur. Les voix jeunes et fraîches de l’ensemble, la sensibilité et l’agilité de ses musiciens aguerris, issus des Hautes Ecoles de Suisse Romande, leur permet de proposer une lecture vivifiante de ce programme, pour le plus grand bonheur musical du public.

 

–> Billetterie électronique  (dès le 26 février)

Tarifs:

places numérotées:
NEF Zone A: CHF 50.00 (plein tarif) / CHF 45.00 (tarif réduit)
NEF Zone B: CHF 40.00 (plein tarif) / CHF 35.00 (tarif réduit)
NEF Zone C: CHF 30.00 (plein tarif) / CHF 25.00 (tarif réduit)

places non-numérotées:
NEF Zone D/BAS-CÔTÉS: CHF 20.00 (tarif unique)

Tarif réduit pour AVS/AI, chômeurs, jeunes de 13 à 16 ans, étudiants/apprentis.
Entrée gratuite pour les enfants jusqu’à 12 ans.

Location du 26 février au 23 mars 2018:

Service culturel Migros

Rue du Prince 7
1204 Genève
Tél. +4158 568.29.00
Du lundi au vendredi de 10 h à 18 h sans interruption.

Stand Info Balexert
Centre commercial de Balexert
Tél. +41 22 979 02 01
Du lundi au mercredi de 9 h à 19 h,
jeudi de 9 h à 21 h,
vendredi de 9 h à 19 h 30,
samedi de 9 h à 18 h.

Nyon
Migros Nyon-La Combe
Rue de la Morâche 6
Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 19 h,
samedi de 8 h à 18 h.

Imprimer